Skip directly to content

Damien Van Achter

En route pour 2014 avec (notamment) les ateliers #4M Mashrek !

on jeu, 12/19/2013 - 10:58

Par Julien Le Bot

Accélération de l'histoire, présentisme à gogo, tyrannie du buzz et du flux : l'horizon peut parfois paraître un peu court. Et pourtant, .@Yakwala continue (dans ses recherches liées à l'inovation, ses actions de formation, ses développements) ! Et pour 2014, .@CFI (ou Canal France International, agence de coopération dans les médias), l'incubateur beyrouthin .@AltCity.Me et la fondation Skeyes (pour le liberté de la presse et de la culture) ont lancé un appel à projet régional auquel nous sommes associés : #4M Maskrek (ou Mashreq pour les anglophones, mais on ne va pas chipoter). Son objectif : apporter un accompagnement (avec 5 semaines de résidences créatives à Beyrouth) personnalisé pour des porteurs de projets indépendants issues de la région (Liban, Syrie, Jordanie, Palestine, Irak) dans le domaine de l'information en ligne, de la donnée et des nouveaux usages. Lancé le 6 décembre en marge d'une conférence réunissant de nombreux acteurs de l'innovation (dont le journaliste Ziad Maalouf, le co-fondateur de Journalism++ Nicolas Kayser-Bril, et le "digital sherpa" Damien Van Achter), cet appel à projet est ouvert jusqu'au 3 février prochain. Et comme on dit, #PleaseRT !     

“Moraliser” la vie politique ? Libérons les données publiques partout en Europe !

on mer, 04/17/2013 - 09:41

Par Julien Le Bot et Damien Van Achter

La transparence est, on le sait (depuis les écrits de George Orwell au moins), un concept équivoque. Qui peut honnêtement se prévaloir de vivre sans entretenir son « petit tas de secrets », comme disait Malraux ? Partant de là, est-il « moralement » utile et « électoralement » efficace, puisqu’il s’agit précisément de « moraliser la vie politique », de savoir que tel Premier ministre possède une Renault 4L, tel ministre un bateau de pêche ou telle autre deux maisons, quatre terrains et trois vélos ? Nul n’est dupe et chacun le sait : la réponse est « non ». L'exigence de transparence en matière de politiques publiques n'est ni un coup du sort dû aux agissements de quelque ministre français louvoyant avec les règles fiscales qu’il est censé faire appliquer, ni même une tyrannie d’un genre nouveau qu’il s’agit d’infliger, de gré ou de force, pour le bien-être de tous, à l’ensemble de nos concitoyens. Au fond, tout est affaire de « choix » et de « moment ». C’est là le sens initial du mot « crise », comme le rappelait la philosophe Myriam Revault d’Allonnes dans son livre La Crise sans fin. S’il y a crise de légitimité politique ou démocratique, prenons le problème (ou l’opportunité) à l’envers et voyons comment réinventer ce qui nous lie, la « chose publique », en tentant de la replacer dans son contexte historique. On y verra sans doute plus clair ! 

Entretien avec @Davanac : digital sherpa & développements éditoriaux tous azimuts

on ven, 02/08/2013 - 10:58

Par Julien Le Bot

Le mot et la chose. Faut-il impérativement "nommer" ce qu'on ne connaît pas vraiment (pour en maîtriser le sens et la portée) ou suffit-il de "suggérer", comme le recommandait à sa façon Mallarmé, ces réalités qui nous entourent et qui, quelque part, comportent leurs parts de rêves ? Appliqué au journalisme (dont les cartes sont allégrement rebattues), ce dilemme peut se traduire par une option : essayer vaille que vaille de construire de nouveaux dispositifs (narratifs, économiques, ou encore pédagogiques) permettant de redonner du sens à cet artisanat en pleine métamorphose. Damien Van Achter fait partie de cette engeance de journalistes qui ont choisi de partir à l'aventure sur des chemins de traverses. De la RTBF à OWNI en passant par les sessions de MasterClass du LabDavanac, entretien glané à Paris, dans un café du VIeme arrondissement, à quelques encablures de Sciences-Po où @Davanac initie les apprentis journalistes aux joies de ces nouvelles pratiques à la croisée du terrain (fondamental), du code (indispensable) et du mode projet.          

Liens vagabonds : journalisme et innovations à gogo !

on ven, 03/02/2012 - 08:51

Par Julien Le Bot 

Les liens vagabonds sont par définition capricieux. Le spectre balayé par cet ensemble de reférences et de réflexions est toujours plus large : on passe des l'évolution des pratiques journalistiques à la prospective sur les usages. Du Facebook des objets à la naissance de Berlin Maniacs. De la stratégie de Foursquare en passant par deux initiatives liées à l'OpenData.  La tentation encyclopédique a ceci de précieux qu'elle bouscule les évidences. Liens vagabonds.  

2012, année hyperlocale et panoramique ?

on ven, 12/23/2011 - 09:40

Par Julien Le Bot

Trêve des confiseurs, déconnexion (relative) et récupération (oblige), ce billet est le dernier de l’année. Pour ce faire, il est un exercice commun, intenable et intéressant : regarder devant. Dire et pressentir ce qui ad(vient). En matière de journalisme, d’hyperlocal et de bidouille, 2012 pourrait être une année particulière. Où l’on joue(ra) sur les effets de réseau, la curation, et les algorithmes pour rendre aux territoires ce qui appartient aux territoires : l’info. Pro/per-spective Yakwala.     

Pages