Skip directly to content

L'Open Data dans tous ses états (en cette fin d'année 2012)

on ven, 12/07/2012 - 13:15

Par Julien Le Bot

La question du bon usage (ou non) des "données ouvertes" (accessibles et ré-utlisables par n'importe quel personne, média ou entreprise) reste, précisément, "ouverte". Le champ des possibles est immense et Yakwala compte bien continuer d'explorer les voies possibles permettant de transformer ces fameuses "data" en informations, en services, ou plus simplement en "réalité quotidienne" pour le quidam.  Si l'alchimie sur laquelle travaille Yakwala dansle cadre de sa R&D implique plus particulièrement l'intersection (ou plutôt le croisement) entre le temps réel et la géographie (le flux et la géolocalisation), force est de constater que les innovations font florès un peu partout en cette fin d'année. Là où, à Londres, l'Open Data Institute ouvrait ses portes en fanfare, la start-up Qunb présentait aux participants du rendez-vous annuel LeWeb12 son approche "pragmatique" (et fantastique !) des données puisqu'il s'agit, au bout du compte de mettre les "chiffres" et le "big data" au service du public.     

La journaliste Clara Beaudoux a bien su restituer, au prisme du reportage qu'elle a effectué pour France Info dans le sillage de LeWeb12 (qu'on ne présnete plus), les enjeux de l'Open Data : les chiffres, les jeux de données, les fichiers XLS, XML ou CSV, c'est bien mignon, mais c'est en les faisant parler qu'on leur donne du sens et qu'on fabrique de la valeur.

Exemple avec Qunb, une start-up co-fondée par Cyrille Vincey :

Alors concrètement (autant que possible), qu'est-ce que "Qunb" ? Son concepteur aime à décrire "le produit d'une nuit d'amour entre du big data et de la buisness intelligence pour les nuls". Mais encore ? "Qunb" est en fait une plateforme sur laquelle des professionnels ou des particuliers peuvent déposer leurs "données" (des informations chiffrées) : de la finance, de la météo, des résultats sportifs, des données de buisness, etc. Cette plateforme permet ensuite de rendre ces données compréhensibles, sous forme de visuels et de graphiques. "Pas besoin d'être un spécialiste d'Excel", indique Cyrille. Mais la plateforme permettra aussi, au fur et à mesure qu'elle se remplira, de comparer toutes ces données entre elles.

L'équipe des fondateurs associés de Yakwala partagent entièrement ce parti pris : la démocratisation de l'accès à la donnée, c'est l'un des enjeux actuels pour le public, les médias, les entreprises et les instiututions. Et plus nous réusssirons à rassembler, collecter, construire ce réseau/dédale/monde de données, plus de nouveaux services, informations et innovations pourront être élaborés. Cyrille Vincey donne un bel exemple de traduction "IRL" (pour reprendre cette expression datée et coquette, In real life) d'un croisement de données :  

Comme dans toute révolution des techniques et de l'industrie, l'un des enjeux de l'Open Data, c'est bien de réussir à accompagner les usages (qui n'attendent pas qu'on leur livre tout-cuit le plat du jour pour se mettre à popoter) pour fabriquer ce dont on peut avoir besoin au quotidien, à transformer les modèles (académiques, culturels, éditoriaux, économiques, etc.) pour ne pas perdre le Nord ni louper le coche (dans un contexte mondialisé où les voisins entendent bien innover), et à transmettre les bonnes informations pour que chacun puisse, à sa manière, se construire et tisser du lien dans ce nouvel environnement. Oui, le programme est vaste. 

Mais le potentiel est là : cette semaine encore, une étude du cabinet Deloitte (réalisée en collaboration avec l'Open Data Institute) est venue confirmer que du côté de l'Open Data, nous n'en sommes qu'au début (en partant de l'étude des problématiques britanniques) : 

The research programme has collected broad anecdotal evidence and some discrete statistics about open government data. Collectively these provide an indication of the value that open data can bring to the UK’s economy, and demonstrate that business use of open data is growing. However, the unequivocal quantitative evidence of economic benefit that the programme has sought is not yet available. Deloitte will continue to track and analyse such quantitative measures as the open data marketplace develops over the coming months.

Therefore, this briefing note defines the basic business models that are beginning to emerge, and how the current supply of and demand for open government data may be benefitting different sectors of the economy.

A lire en cliquant par ici => http://www.deloitte.com/view/en_GB/uk/market-insights/deloitte-analytics...   

Après, comment faire pour passer se mettre au diapason de l'Open Data quand on est : 

1/ Un média, 

2/ Une collectivité, 

3/ ou encore une entreprise...

La méthode unique et adaptée pour tous n'existe pas (encore). Toutefois, d'aucuns y cogitent sérieusement. Là où Yakwala continue de travailler sur la notion de fabrication de services et/ou d'informations à dimension (hyper-)locales, Simon Chignard continue de proposer quelques (grilles d') analyses sur les modalités "d''animation" de l'Open Data avec 5 grandes questions.

1/ Pourquoi ? 

2/ Comment ? 

3/ Pour qui ? 

4/ Quand ? 

5/ Par qui ?  

Pour terminer, partons sur un (élégant) paradoxe de l'inovation via l'Open Data : la technologie, c'est une chose, mais les usages qu'on peut en faire, c'en est une autre !  

A cet égard, il n'est inutile de continuer de zyeuter de l'autre côté de La Manche pour voir ce que la jeune entreprise SplashMaps souhaite fabriquer en ré-utlisant des données de l'Open Data : des cartes papier capables de résister à tout  (plus robustes et endurantes que des GPS) ! Avec, s'il vous plaît, un financement KickStarter : http://www.kickstarter.com/projects/1521486951/splashmaps 

L'Open Data nous réserve, à n'en pas douter, bien des surprises ! 

-- 

Crédit : @Kaythaney (Licence Creative Commons)