Skip directly to content

Nextdoor : un réseau social fédérant des communautés de voisins

on lun, 03/19/2012 - 16:17

Par Julien Le Bot

Si la question du modèle économique des sites hyperlocaux reste ardemment discutée (et controversée), comme l'illustre l'une des dernières conférences organisée dans le cadre du festival SXSW, il est intéressant d'observer que cette énigme ne semble pas pour autant décourager les plus acharnés. Et c'est tant mieux ! Exemple avec Nextdoor, un réseau social de proximité fondé en 2010 par Nirav Tolia.

Le fondateur de Nextdoor, Nirav Tolia, n'en est pas à son premier coup du genre : ce dernier, orginaire d'Odessa (au Texas), a déjà pas mal roulé sa bosse dans le numérique. Le portrait que dresse de ce dernier le magazine Business Week campe bien le personnage : bien qu'il ait étudié dans la prestigieuse université de Stanford, ce dernier a toujours, prétend-il, apprécié ses petites villes où l'on connaît ses voisins. Quitte à se démarquer, de ce point de vue, de ses acolytes sur les bancs de la faculté. "Caricature", pensera-t-on ! Peut-être : à l'heure du storytelling, chacun sait que l'anecdote peut tenir lieu d'argument de vente.

Toutefois, sa plateforme (et sa start-up) tournent rondement : à ce jour, Nextdoor compte près de 1400 communuatés de voisins actives dans près de 46 Etats. "Communautés", pensez-vous maintenant ? Nextdoor est un réseau social de proximité où l'on entre à plusieurs, impérativement. Ou alors, on n'entre pas. C'est ainsi que les communautés se constituent. Selon le fondateur de Nextdoor, le dispositif est simple : il faut qu'une personne rassemble autour d 'elle neuf voisins dans un délai de 21 jours pour qu'une communauté soit créée. Sans quoi, rien ne se passe.

Est-ce que ça marche ? Il faut compter 20% de refoulés à l'entrée, selon Nirav Tolia. Pour le reste, ceux qui entrent ont envie que ça tourne. CQFD.

Objectif : encourager les coups de mains (garde d'enfants), les partages et les prêts en tout genre (tondeuses à gazon, barbecue...). Rien de bien sorcier, en somme. Selon le journaliste Peter Burrough, c'est finalement un "mash-up" avec du "Facebook, du YahooGroups et du Craiglist" dedans. Pourquoi pas ?

En vidéo, Nextdoor, ça donne ça :

Question susidiaire (que tout le monde se pose) : est-ce rentable ? Pour l'instant, non. Ou plutôt, c'est un peu tôt. Les communautés se développent, et Tolia Nirav veille au grain (mais surtout au coup d'après). Le fondateur de cette petite entreprise compte bien proposer un certain nombre de services d'achats groupés locaux en lien avec Groupon. Affaire à suivre, comme on dit.

Crédit : Capture d'écran de la page d'accueil du site Nextdoor.