Skip directly to content

Mondecafés : chacun cherche son dada (ou son troquet)

on jeu, 02/23/2012 - 09:24

Par Julien Le Bot

Prolongeons nos derniers billets, à la marge des thématiques proprement journalistiques mais toujours en phase avec les territoires, sur la façon dont nous nous jouons des anciennes habitudes quand il s'agit de sortir et/ou de partager des informations à fleur de bitume pour mieux choisir son compotoir de zinc. Après Topi et Loso, (notre partenaire et fidèle soutien) Mondecafés - que vous connaissez peut-être déjà. En passant la barre des 25 000 références (dans des grandes villes françaises, canadiennes, ou encore britanniques), le site (également partenaire de LaFourchette) est en passe de trouver sa place dans la géographie de nos pratiques urbaines et vagabondes.

     

Dernier volet de notre vadrouille du côté des sites et applications destinées à croiser mobilité et contenus générés par des contributeurs actifs et gourmands : MondeCafés. Là encore, il ne s'agit pas de se substituer aux critiques gastronomiques hexagonaux (aux plumes parfois vertes, aux tons souvent bariolés) sévissant dans les derniers pages des magazines, mais bien d'apercevoir la façon dont on peut partager un certain regard, au coeur d'une communauté d'utilisateurs, sur des établissements ciblés (selon quelques critères simples : localisation, type de cuisine, proximité,...).

En chiffres, Mondecafés, ça donne ça : 100 000 visiteurs en décembre 2011, et déjà 120 000 pour ce mois-ci. Un appétit croissant, en somme, de la part des utilisateurs de Mondecafés

Que ce soit en cherchant de manière précise (parce qu'on veut manger japonais, siroter un mojito ou taquiner de la boule à facettes) ou de façon aléatoire, Mondecafés s'appuie d'abord et avant tout sur l'échange et la critique de cahcun de ses utilisateurs/contributeurs. C'est d'ailleurs un site pour partie "crowdsourcé" : vous êtes à Rennes, et vous ne trouvez rien sur le nouvel établissement dont vous avez envie de tester la popote, c'est parti. Libre à vous de dire ce que vous avez pu penser du tartare de Saint-Jacques ou de la tarte tatin aux mangues.

Comme son nom l'indique, MondeCafés est une aventure cosmopolite. C'est d'abord et avant tout un site qui turbine et mouline dans les grandes villes de France (et de Navarre), mais aussi au Canada (ou MondeCafés est né), ou en Australie. A telle enseigne que le site est disponible en anglais : globalisation oblige, on ne gobe pas seulement ses sushis dans la langue de Molière, et on peut très bien partager/retrouver en globish ce qu'on pense et/ou ce qu'on cherche à Toronto ou Ottawa.

Anecdote pour prolonger le trait et boucler le billet : son fondateur, Graeme Villeret, est un blogueur multi-entrepreneur qui, de longue date, bidouille sur la Toile. Dès 1999, il lançait Géocompagnie.com (un site de e-commerce pour tout ce qui concerne les activités de plein air, revendu en 2001) avant de partir s'installer au Canada. Mais ce n'est pas tout : il traîne dans son sillage quelques sites aussi baroques et improbables que les suivants : http://www.auroresboreales.com/, ou encore http://www.populationdata.net/index2.php. Eclectisme et curiosité : on est plein dedans. La Toile est à nous, à tous (n'en déplaise aux promoteurs d'ACTA). Comme on dit dans le jargon, longue vie à la "zadigacité" - terme moins barbare et plus chantant que "sérendipité" !    

---

Crédits : captures d'écran du site MondeCafés.