Skip directly to content

Le design est-il en mesure de fabriquer des contre-pouvoirs ? Conversation avec le collectif BAM

on mar, 10/29/2013 - 12:46

Par Julien Le Bot

Que la NSA écoute ici et là en collectant à gogo, l'affaire est entendue. Que la question des données personnelles (de leur réutilisation et de leur protection) soit en Europe indécidable à court terme, c'est maintenant plié. En revanche, qu'il soit possible et même nécessaire de continuer de penser aux interactions entre usage(s) et donnée(s), entre design ouvert et pratiques collaboratives, c'est une évidence. Le collectif BAM, co-fondé début 2013, rassemble trois jeunes designers qui s'efforcent d'accompagner des institutions avec des outils, une méthodologie, et des idées. Qu'il s'agisse de travailler avec la Fondation internet nouvelle génération (aka @La_FING) sur des questions de prospectives ou d'animer les ateliers "Mes Infos", BAM questionne le numérique. Conversation avec Anthony Ferretti et Arnaud Pérez.    

Shouting worm

Pas de panique ! Certes, l'industrie n'est plus ce qu'elle était, la politique tâtonne et les démocraties s'interrogent : où va-t-on à l'heure de la donnée ouverte, des hackathons, du gouvernement ouvert ou du mash-up ? Parce que ça fait quand même beaucoup de nouvelles notions pour fabriquer de la continuité et du long terme sur notre bonne vieille planète, prétendent les plus perplexes.  

D'ailleurs, la dernière livraison de la revue Médium tente de poser la question à rebours de l'ouverture en partant du "secret". Ce que tente de montrer, à sa façon, Louise Merzeau, dans un article publié dans ladite publication au sujet des réseaux sociaux, fonctionne sur d'autres registres. Voici ce qu'elle écrit : "Non, les réseaux sociaux en ligne ne tuent pas l’intimité. Le secret s’inscrit désormais dans le partage même, au sein de l’espace public numérique. Il donne lieu à des stratégies subtiles, pour rester entre soi, en rusant avec les algorithmes indiscrets des nouvelles industries de l’identité."

Sans devoir céder aux sirènes d'une technophilie bornée ou d'un positivisme néo-tout-ce-que-vous-voulez, il est possible de réfléchir et de fabriquer le monde qui vient - parce qu'on n'a pas le choix.

(Petit) Entretien (à ciel ouvert) avec Arnaud Pérez et Anthony Ferretti, du Collectif BAM.  

--

Crédit images : @Yazuu (Licence Creative Commons CC-BY 2.0)