Skip directly to content

La Chambre à air : une web-radio locale, mobile et déjantée

on lun, 10/31/2011 - 10:50

Par Julien Le Bot

L'information locale n'est pas nécessairement sage comme une image. A Paris, souffle dans le Marais un vent de bidouille et de créativité, à mi-chemin entre Warhol et Beigbeder. Rencontre avec le fondateur de La Chambre à air.

Le personnage (qu'il incarne) n'est pas dupe de son propre jargon : il feint de croire que tout est possible pour qui perdre tous les repères ordinaires, mais tout est orchestré, au millimètre prêt. Xavier Faltot sait comment monter un projet, penser un modèle économique, développer une activité et s'entourer de (solides) collaborateurs. Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme : de La Chambre à air (son émission) à La Controverse (sa boîte de production) en passant par Radio Marais (son prochain forfait), cet agitateur originaire de Lorraine joue peu ou prou la même partition. Vocabulaire post-moderne à gogo, concepts racés ou mots-valises bariolés, intelligence des situations et exploration des territoires. Rencontre avec une certaine conception de l'alchimie locale.

Vous avez 33 ans et manifestement, vous avez déjà pas mal de cordes à votre arc. Votre parcours est pour le moins éclectique : vous avez été animateur radio, JRI, ou encore concepteur d'émissions. Vous avez eu l'occasion de collaborer avec Culture Pub, avec les équipes de Tracks (Arte), ou avec Paris Cap, sur la TNT. Et vous travaillez régulièrement dans la publicité avec votre boîte de production La Controverse. Bref : pourquoi avoir lancé une émission comme La Chambre à air ?

Parce que j'aime la radio. C'est la première raison. C'est mon truc, je ne peux pas m'en passer.

Mais pourquoi La Chambre à air ?

C'est compliqué à expliquer, mais c'est dans le droit de fil de ce que je pense. C'est le prolongement de tout ce que je fais.

Comment vous la définir, en une ou deux phrases ?

C'est une émission de radio nomade, en direct et en public. C'est un show urbain et post-crash, filmé et diffusé sur Internet. C'est un média itinérant, joyeux, résistant, et engagé.

En d'autres termes ?

On essaie de s'adapter à l'actualité d'une territoire donné. On cherche des acteurs clés, des personnages sur lesquels s'appuyer pour dire ce qui se passe. Et on diffuse pendant l'émission des extraits enregistrés à l'avance. Enfin, il y a de la musique pour agrémenter le tout.

Vous avez donc une approche méthodique : il y a un enregistrement public, mais vous allez d'abord fouiner sur le terrain ?

Oui, j'envoie des « samouraïs » : ils cherchent des moyens et des personnalités qui peuvent nous permettent de faire dans l'hyperlocal. D'identifier le passage clé, le lieu idéal, le regard singulier. Et à chaque début d'émission, on demande aux invités de décrire ce qu'ils voient.

Revenons aux commencements : comment est née La Chambre à air ?

En 2008, j'avais envie de reprendre la radio. J'en avais besoin. Et à Radio Campus Paris, on a eu envie de fabriquer une émission sur ce qui se passe à Paris pour les touristes et pour tous ceux qui ne peuvent pas partir en vacances. Parce qu'à la radio, il n'y avait pas d'équivalent.

Mais l'aspect itinérant, d'où vient-il ?

En studio, on n'a pas la droit de boire ni de fumer. La rue, de ce côté là, c'est plus pratique. Plus convivial, aussi.

Le nom de l'émission, la Chambre à air, a une histoire, n'est-ce pas ?

C'est en voyageant à Berlin que j'ai eu la révélation : c'est un objet souple, modulable, amusant. Qu'on peut trimballer partout.

La Chambre à air a beaucoup évolué depuis 2008 ?

Oui et non : nous continuons de chercher, les choses ne sont pas fixées. Et il reste plaine de choses à faire. En revanche, je note que notre idée a été répliquée à Montréal : c'est donc que ça plaît !

Avez-vous un exemple pour nous dire ce que La Chambre à air apporte de différent ?

Il y en a plein ! On a fait une émission depuis Tunis, par exemple, le 18 avril dernier. Nous avions intitulé l'émission « Enfin libre ! Mais pour quoi faire ? » nous nsou sommes installés dans le centre de la ville, et on s'est adressé à quantité d'artistes intéressés par la transgression culturelle : on a parlé hard rock, performances, graphisme et gastronomie. L'objectif n'est aps de construire un débat, mais plutôt de permettre à chacun de dire ce qu'il a à dire.

La Chambre à air n'est plus sur Radio Campus Paris, mais elle est toujours sur la Toile. Avez-vous des statistiques ?

En juillet, nous avons eu 10 000 visiteurs uniques. En ce moment, un peu moins.

Je crois savoir que vous êtes producteur de cette émission, mais vous comptez la transformer en association. Pour quelle raison ?

La Chambre à air coûte assez cher à produire et, jusqu'à présent, c'est moi qui l'ai financée. C'est une façon de la donner au public. Et c'est aussi un moyen détourné pour éviter la publicité. Je n'ai pas envie que Nike ou Coca Cola viennent soutenir La Chambre à air. Nous préférons les subventions publiques. Nina Danet va se charger de piloter cette évolution.

Un aspect important de votre travail, c'est la géolocalisation. Pourquoi ?

J'attache énormément d'importance à ses balises que nous posons sur le territoire couvert par la Chambre à air. Pour le public, c'est essentiel, je crois. J'ai été sensibilisé à toutes ces questions par une artiste taïwanaise que j'ai aidée, il y a quelques années. Elle s'appelle Shu Lea Cheang et travaille sur tout ce qui est contextualisation des œuvres te des situations. J'ai moi même bossé sur ces questions avec mes premiers projets artistiques. A Bucarest, notamment, où j'ai eu l'occasion de travailler sur un projet de réflexion et de détournement des lieux au cœur de la ville.

Avez-vous d'autres projets de cette nature ?

Je vais lancer, dans les semaines à venir, une Radio Marais qui sera disponible sur www.radiomarais.fr. Ce sera là encore de l'hyperlocal, avec un aspect « city-guide » pour les touristes. Il s'agira de faire entendre tout ce qui se passe ici, dans ce quartier de Paris, en particulier sur le plan culturel.

Pourtant, ce n'est plus, à proprement parler, un quartier populaire, vu les prix du marché pour se loger. A la limite, c'est de moins en moins un lieu de vie, ne croyez-vous pas ?

C'est un quartier de flux, c'est vrai, mais il y a des lieux originaux où s'invente de petites choses méconnues. Il faut en parler, personne ne le fait. On peut contribuer comme ça à faire connaître ceux qui veulent faire vivre encore le quartier.

Vous comptez pourvoir en vivre ?

Non, ce n'est pas avec ça que je pourrai vivre. Mais il faut faire pousser les initiatives. Après, on verra.

Crédit Photo : LC2A